Afghanistan

 Je ne devrai pas m'étonner de lire autant de critiques de la politique américaine à l'occasion de l'évacuation mouvementée et quelque peu précipitée de l'Afghanistan, de l'effondrement complet de l'armée afghane équipée et entraînée à grands frais par les USA et du retour au pouvoir des Talibans. 

Quoique fassent les États-Unis, ça sera toujours mal, il faut le savoir. Avant l'intervention de 2001 pour en chasser Ben Laden et Al-Qaida il y a eu la dictature féroce des Talibans et tout ce que compte le monde de consciences généreuses avait demandé une intervention pour y mettre fin. Puis vinrent les attentats du 11 septembre, organisés par Al-Qaida depuis l'Afghanistan avec la bénédiction des Talibans ce qui entraîna  l'intervention américaine. Il ne fut alors que critiques courroucées et moqueries à l'égard du géant américain écrasant de sa botte le peuple afghan. 20 ans plus tard, les Américains ont finalement compris que le state building ne pouvait pas se faire dans un pays tribal et arriéré. Il était temps de plier les gaules et c'est ce qu'ils ont fait en pensant que l'armée de 300 000 hommes qu'ils avaient formés, équipés et payés prendrait le relai, au moins pour un temps devant permettre une évacuation en bon ordre. Or cette armée s'est effondrée en moins d'une semaine. Confrontés à un gigantesque problème humanitaire les Américains font ce qu'ils peuvent pour essayer de sauver un maximum de gens. Mais ce n'est pas assez, ce n'est jamais assez ! Ils auraient dû rester plus longtemps, mieux organiser leur départ, voire rester vingt ans de plus ! 

Je crois que Joe Biden a bien fait d'honorer le deal conclu par l'administration Trump avec les Talibans, de retirer toutes leurs troupes d'Afghanistan. Ce deal, négocié sans le gouvernement afghan, il faut le rappeler. Il ne restait plus que 25 000 soldats américains en Afghanistan quand Joe Biden est arrivé à la Maison-Blanche. C'était trop peu pour rester plus longtemps en assurant leur sécurité. Il fallait partir et c'est ce que Biden a décidé.