Sean le mouton

 

Les moutons ont les pupilles rectangulaires et horizontales et les yeux placés sur les côtés de la tête ce qui leur donne un champ visuel très étendu. De plus les pupilles restent à peu près à l'horizontale quelle que soit la position de la tête, ce qui est un avantage pour un animal qui broute, la tête basse, tout le temps, lui permettant d'avoir toujours une bonne visibilité sur son environnement.

une petite goutte d'eau

 Quand j'étais petit mon père me racontait l'histoire de "La petite goutte d'eau" qui venait des nuages et qui allait jusqu'à la mer et retour, j'adorais cette histoire. Aujourd'hui, grâce à Internet, je peux suivre le trajet d'une goutte d'eau depuis n'importe quel endroit aux États-Unis jusqu’à la mer et c'est tout simplement génial.

bruant zizi

Nénuphars sur la mare à L'Essart

Déjeuner de famille. Comme beaucoup de gens, je crois, ça me rend nerveux et au bout d'un moment, je m'ennuie. Mais ça fait tout de même plaisir de se retrouver après dix mois de séparation forcée. Le temps aujourd'hui est typique d'une traîne, avec de fréquents grains (des giboulées) accompagnés de vent fort, entre deux éclaircies. La prairie est littéralement couverte de pâquerettes et de boutons d'or. Ce matin, observation d'un couple de Bruants Zizi (Emberiza cirlus). Le mâle est un très joli petit oiseau, un peu trapu, avec de belles couleurs, rayures jaunes et noires sur la tête, la femelle est un peu plus terne. Observé aussi des Rouges-Queues, c'est plus commun. Avant-hier dans la forêt, nous avons aperçu une biche ou un chevreuil, trop vite enfui pour que nous puissions bien l'identifier. Je rentre à Angers ce soir et je suis content de retrouver mon chez-moi. Je reviens ici, à St-Benoît, jeudi soir après avoir reçu ma deuxième dose de vaccin Astra-Zeneca.

méforme physique

Les pins de L'Essart

 Finalement si je suis fatigué aujourd'hui c'est peut-être que j'ai fait une marche dans les bois de 6,5 km hier alors que je ne suis plus du tout en bonne forme physique pour faire ça. Curieusement je n'ai jamais été en aussi bonne forme physique que quand je suis sorti de mes deux mois et demi d'hôpital en 2019. Il faut dire que je faisais environ trois heures d'exercice par jour, là-bas. Quand j'étais en activité, je marchais beaucoup. Depuis que je suis à la retraite et même avant lorsque j'étais en télétravail à temps complet, je ne fais plus d'exercice, plus de marche, il arrive que je ne sorte pas de mon appartement plusieurs jours durant, voire une semaine entière. Il faut que j'arrête cette mauvaise habitude et que je sorte tous les jours pour marcher. Le couvre-feu à 21 heures va me donner plus de facilité de faire ça. Et le 9 juin ça sera encore mieux puisque le couvre-feu sera alors à 23 heures. Hier j'ai donc marché, d'un bon pas, 6,5 km dans la forêt et je me retrouve aujourd'hui avec une ampoule au pied, un talon douloureux et complètement épuisé malgré une longue et assez bonne nuit. Il est temps de retrouver une forme normale !

rêves

Image Marcus Winkler, Unsplash.

Je rêve beaucoup et je n'aime pas ça. Je rêve la plupart du temps de situations embarrassantes pour moi ou de situations sentimentales complexes et qui se terminent mal. La plupart du temps je rêve que j'ai quelque chose à faire, mais que je ne peux pas le faire pour des raisons diverses, mais qui sont toujours dues à ma propre négligence ou incompétence. Je fais rarement des cauchemars, mais toujours ces rêves embarrassants dont je me réveille avec soulagement, mais qui, souvent, persistent pendant la journée qui suit sous forme d'un léger malaise. Je ne souviens jamais de la substance de ces rêves sauf pendant quelques instants après le réveil, mais je sais vaguement qu'ils n'ont pas été agréables et que j'aimerai mieux ne pas rêver ou du moins ne pas me rendre compte que j'ai rêvé. De la même façon, j'ai horreur de lire les récits de rêves ou les romans fantastiques comme "le maître et Marguerite". Je me souviens que Clément Rosset a écrit un livre décrivant un problème de ce type dû à une dépression.

bande passante

Un champ de blé près de L'Essart

Pas assez de bande passante pour regarder le Grand Prix de Monaco en direct, mais comme de toute façon, c'est le GP le plus ennuyeux de l'année ce n'est pas bien grave. Plus embêtant : hier en me baladant dans la forêt je me suis fait mal au pied, j'ai une grosse ampoule et mal dans la région du tendon d'Achille et donc aujourd'hui je ne vais pas dans la forêt ce qui m'attriste un peu. En plus, bizarrement, je me sens somnolent, embrumé, bien que j'aie dormi pas loin de dix heures (avec beaucoup de rêves). Peut-être que ça vient du fait que je me suis levé à midi et demie, m'attirant les remarques un peu défavorables de la famille pour qui se lever tôt est une vertu et l'oisiveté un vilain défaut, et donc que je n'ai pas bu de café ce matin.

polémique

Les discussions sur le conflit israélo-palestinien dégénèrent tout de suite en engueulade carabinée avec échange d'insultes. Pas moyen d'être neutre ou de renvoyer la faute sur les deux protagonistes à la fois. Aucune tentative d'être un peu mesuré, un peu nuancé, ne résiste à la haine des fanatiques d'un camp et de l'autre. Chacun se croit détenteur de la vérité et d'être dans le camp du bien contre le mal. Tout argument un peu tiède et en faveur de la paix se voit attaqué avec une vigueur extrémiste. Il est remarquable qu'un conflit comme il y en a tant dans le monde déclenche des avis aussi extrêmes et aussi tranchés. La paix est possible, mais n'arrivera jamais dans une telle ambiance. C'est désespérant au plus haut point. 

la peur

 Je crois que Kevin Drum a raison quand il remarque que les élus et dirigeants du parti Républicain vivent dans la terreur de ce que pourrait faire Trump s'ils le répudiaient. Ce qu'il pourrait faire et qu'il ferait probablement, c'est former un nouveau parti et emporter une bonne moitié, sinon plus, des Républicains avec lui. On peut donc dire que Trump les a à sa botte, il les tient par la peur. C'est ce fait et la crainte pour les députés et sénateurs Républicains de se voir opposés un candidat Trumpiste à leurs primaires, qui pourraient bien ruiner leur carrière politique, qui les fait tous rentrer dans le rang.

évitements

 Il y a des sujets qu'il vaut mieux éviter sur Facebook ou ailleurs sur le net, parce qu'ils ne déclenchent rien que des réactions tranchées et hostiles. Le conflit israelo-palestinien en est un et des plus difficile à aborder puisque, selon qu'on est porté à soutenir un camp plus que l'autre, on récolte des commentaires mécontents et toujours agressifs. Rien de bon ne peut en sortir puisqu'il n'y a, de part et d'autre, que des gens persuadés d'être dans le bon camp, celui du bien contre le mal. Il faut choisir son camp sinon on est catalogué, et quand on a choisi son camp, publiquement, les foudres du camp opposé vous tombent dessus avec une vigueur complètement disproportionnée par rapport à ce que vous représentez dans l'univers.

la "vie d'avant"

 Plus ça va plus je me dis que l'on ne reviendra pas à la vie "normale", la vie d'avant le covid. On parle déjà d'un rappel de vaccin tous les ans. Imaginons qu'il faille vacciner à nouveau toute la population tous les ans, pendant quatre ou cinq ans, l'effort que ça représente, l'argent que ça va coûter. Et puis il me semble que le vaccin n'abolira pas le port du masque à l'intérieur des lieux publics. Je pense que le port du masque et que le lavage fréquent des mains avec du gel éviteront bien des maladies contagieuses et donc que c'est une excellente chose. Mais est-ce qu'on continuera à ne pas se serrer la main ou à ne pas s'embrasser quand on se rencontre ? Est-ce qu'il ne faudra pas garder ses distances quand on ne peut pas porter un masque à l'intérieur des lieux publics ? Dans les restaurants, par exemple ? Ou est-ce que l'accès aux lieux privés recevant du public ne sera pas soumis à la présentation d'un "pass" sanitaire ? Cette dernière mesure me semble inévitable, jusqu'à ce que le virus soit éradiqué.

dimanche

 Ciel tout gris, orages menaçants, mais qui passent plus au Nord sur la Sarthe et l'Orne, très fort vent, tiède, de Sud. Les Étourneaux, peut-être ceux de l'an dernier qui avaient fait un nid en face de chez moi, ont fait un nid ailleurs, mais non loin. Ils sont d'une prudence extrême quand ils reviennent au nid, faisant des haltes sur les fils alentours pour observer l'environnement et pendant que l'un est dans le nid, l'autre est de garde pas loin. Passe un couple de Cormorans en route vers un nouveau terrain de chasse sur la Maine. On entend le cri des mouettes. Les cloches des églises sonnent au loin, on est dimanche.