Covid zéro ou vivre avec

Photo by engin akyurt on Unsplash

 J’ai écouté notre premier ministre et je peux en déduire que si vous avez prévu quelque chose après le 6 mars vous pouvez oublier. Nous allons être probablement confinés strictement à partir de cette date.

Il y a deux écoles :

(1) L’école du “Covid Zéro” : il faut confiner dur et sévère pendant une courte période pour casser l’épidémie. Dès que le taux d’incidence est revenu à un niveau acceptable on ré-ouvre avec prudence tout en testant, traçant et isolant avec rigueur, jusqu’à disparition du virus.

(2) L’école de “Vivre avec le virus” : on laisse aller avec un confinement minimal avec mesures barrières jusqu’à un certain niveau, tout en vaccinant à grande vitesse.

J’alterne entre les deux écoles. Un jour, je suis contre le confinement, un jour, je suis pour le zéro Covid.

Si j’essaye de raisonner je me dis que du côté de l’école 1 :

  • Une telle mesure est délétère pour l’économie et le moral des citoyens.
  • Mais si elle appliquée une fois, et après on est débarrassé du virus ? N’est-ce pas mieux ?
  • Est-ce que cette mesure marche aussi bien qu’on le dit ? Elle a fonctionné sur des pays-îles comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Taïwan, ou même la Corée du Sud qui est une presqu’île ou des pays autoritaires comme la Chine.
  • Il faut parallèlement vacciner à haute dose et ce n’est pas ce qu’on fait ou ce qui est possible de faire en ce moment dans notre pays.
  • Tout implique des mesures autoritaires : passeport vaccinal, confinement strict, traçage rigoureux, isolement strict obligatoire. — — Est-ce que le public est prêt à l’accepter ?
  • Est-ce efficace si tous les pays frontaliers n’en font pas autant ?

Si j’essaye de raisonner je me dis que du côté de l’école 2 :

  • OK, mais il faut absolument accélérer les vaccinations, ce n’est pas ce qui est fait actuellement.
  • Il faut accepter que l’hôpital soit saturé et que l’on reste à 300 morts par jour pendant longtemps.
  • Et les gens qui ne respectent pas les gestes barrières ? Que faut-il faire ?
  • L’incertitude sur l’avenir est-elle supportable ?