archiver les heures qui passent

J’archive les heures qui passent. Tenir un journal féconde l’existence. Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleure attention aux événements de la journée — à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément. Il serait désobligeant de n’avoir rien à inscrire sur sa page de calepin. Il en va de la rédaction quotidienne comme d’un dîner avec sa fiancée. Pour savoir qui lui confier, le soir, le mieux est d’y réfléchir pendant la journée.

Sylvain TessonDans les forêts de Sibérie

Aucun commentaire: