mélancolie covidesque

Aller s'assoir au café pour boire une Guinness et regarder la foule des gens se croiser sur la place du Ralliement ou au Starbucks pour siroter un Mocha Grande en surfant à loisir sur le web dans la rumeur des conversations alentours, tout cela commence sérieusement à me manquer. 

Là, j'aimerais changer d'air et aller me promener dans une ville étrangère que j'aime, Londres, Bruxelles, Amsterdam ou même simplement savoir que j'ai la possibilité d'y aller sur un coup de tête, si je veux.

Je n'ose même plus rêver de prendre l'avion pour aller à New-York.

Je sais, ce sont des envies d'enfant gâté, de privilégié occidental, mais c'est ainsi.