économique

C'est la panique de l'économie, il me semble que personne ne sait quoi faire pour modifier la tendance. Maintenant c'est un peu l'indifférence — oh la bourse s'est encore cassée la gueule cette semaine — on continue de vivre comme si rien n'était, il faut bien, en attendant que ça nous tombe dessus, on regarde les orages venir, les grosses nuées là-bas, on ne sait pas ce qu'il faut faire pour se mettre à l'abri et même si on pourra se mettre à l'abri. C'est grave mais on n'arrive pas à savoir à quel point c'est grave. Les chiffres du pognon volatilisé ne sont même pas imaginables pour le pékin moyen comme moi et je suis pas sûr que ça soit imaginable même pour les traders, les financiers et les banquiers. Il y a bien quelque chose qui va finir par casser avec tant de fric disparu en fumée. J'ai arrêté de regarder les nouvelles financières, je ne m'y connais pas mais j'avais réussi à comprendre quand-même d'où venait la crise et comment ça se passait entre les banques, mais maintenant que la bourse se viande tous les jours je n'y comprends plus rien, je n'essaye plus d'ailleurs, je regarde ça de loin, du coin de l'oeil. De toutes façons on ne peut rien y faire, hein?

sky

2 commentaires:

Anonyme a dit…

si, on peut faire plus de mixité
on peut mettre des femmes par exemple, comme en Islande, pour redresser la situation
la finance c'est un monde d'hommes, de pouvoir, de coqs sur un tas de fumier
faudrait un peu changer les mentalités, mettre des femmes, simplement respecter la parité, tu verrais ça irait beaucoup mieux
j'ai lu un bel article là-dessus très intéressant dans l'Express de cette semaine
(les banques les moins en difficulté sont celles qui comptent le plus de femmes parmi leurs cadres, c'est drôle non?

Mais bon, on a élu un homme en France, alors on est pas sorti du caca

Jean Ruaud a dit…

oh je sais pas trop, hein
je suis pas certain que ça aille mieux avec des femmes
il y a aussi des femmes de pouvoir