rencontres

J'ai rencontré le grand patron dans l'ascenceur, il a la barbe, grise et fine, et son oeil bigle bigrement. Il me dit bonjour, je réponds poliement "bonjour monsieur", dans l'ascenceur il demande à un type : "alors? ça boume?" J'ai remarqué qu'à l'arrêt de l'ascenceur il mettait ses doigts sur les boutons d'ouverture et de fermeture des portes, sans doute pour accélerer le mouvement, mais je n'ai pas bien compris pourquoi, et ça m'a semblé bizarre. De sa part. Je me suis dit que je n'aimerais pas être à sa place, même avec tout son pouvoir, et son salaire confortable (j'imagine). Dehors, j'ai croisé François Bon qui sortait de la gare Montparnasse. Il était au téléphone et je ne lui ai rien dit, mais mentalement je l'ai salué, ô fellow blogueur ! C'est la seconde fois que je croise François Bon à Paris, rive gauche, depuis que je fréquente la rive gauche un peu plus assiduement. L'autre jour, rue de Rennes, j'ai rencontré quelqu'un de célèbre mais je ne me souviens plus du tout qui c'était, je devrais noter, ou alors c'est qu'il n'était pas si célèbre que ça. Cette rencontre est comme un rêve qu'on touche du bout de la mémoire mais qu'on n'arrive pas à se rappeler complêtement.