sentiment d'insécurité

L'un des effets pervers de mon job est que mon "sentiment d'insécurité" s'est renforcé. Non pas que j'ai peur quand je sors dans la rue mais je suis plus sur mes gardes, je suis plus méfiant et plus attentif, par ailleurs je repère les situations potentiellement dangereuses et les environnements louches plus rapidement et avec plus de certitude que dans le passé. En ville on ne manque pas d'occasions d'être sur ses gardes. Il ne faut pas devenir parano non plus, on ne se fait pas attaquer à tous les coins de rues, mais le fait de travailler à longueur de journées sur la criminalité fini par porter l'esprit à s'imaginer des choses, je crois que pour les médecins et les infirmiers c'est un peu pareil, au moins à leurs débuts, ils sont peut-être un peu hypocondriaques.

1 commentaire:

Digitalyn a dit…

J'ai eu une séance de psy en septembre, pour tester mes capacités psychomotrices suivant la partie du cerveau qui avait été atteinte, et c'est ce que me disait la psy justement. Que moi maintenant je connaissais l'état de mes artères. Mais que elle, tous les jours, elle voyait des patients sévèrement atteints et endommagés tout en devant vivre avec cette incertitude : est-ce que moi aussi j'ai une bombe à retardement dans le crâne ?