mon Mai 68

Mai 68, j'ai onze ans. Je suis en 7ème avec Monsieur Guitton, le meilleur instituteur de ma scolarité. J'habite à Chinon, une petite ville de province bien loin de Paris et de ses manifestations. L'école a fermé peu de temps après le début des évènements. Je ne me rends pas bien compte pourquoi, mais je trouve l'époque extraordinairement intéressante. Je regarde à la télé les bagarres à Paris. Je passe mes journées à la Belle Laveuse, la plage de Chinon, avec les frères Pion, mes copains, et sur mon vélo. Je suis beaucoup plus intéressé par l'évolution de la guerre du Vietnam et par l'actualité américaine (déjà!), l'assassinat de Bob Kennedy par exemple, que par l'actualité française... Mon père écoute la radio toute la journée, il n'est pas très rassuré, il a un peu la crainte du "grand soir". Mon beau-frère qui est militaire se voit déjà en train de casser du gaucho à Paris. Bientôt il n'y a plus d'essence pour les voitures, plus de trains, plus moyen de quitter la ville. Chinon est bien calme, il y a bien quelques lycéens qui chahutent un peu mais c'est tout, et une manifestation, une fois, surtout des employés de l'EDF, de la centrale nucléaire qui fait notre fierté dans la région. Et puis un jour De Gaulle disparait. Léger début de panique parmi les notables chinonais : ce coup là ça y est, c'est la révolution. Heureusement le Général réapparait et fait un discours marquant, à la télé et à la radio et c'est fini, Mai 68 c'est fini, une grande manif' gaulliste à Paris met fin à la révolution. On souffle. L'école reprend. Je n'étais pas un très bon élève et au moins Mai 68 aura permis que je passe en 6ème sans problèmes...

Aucun commentaire: