câlins

Le contact physique humain est essentiel. Quand on est enfant on en a beaucoup, puis vient l'adolescence et là, plus rien, on est sevré brutalement. Et le petit d'homme en manque part à la recherche désespérée d'un corps à serrer contre lui. Les culs serrés et les nouveaux pudibonds ne vont rien arranger à vouloir supprimer le câlin dès l'enfance, ils se rendront compte trop tard qu'ils ont créés des névrosés avides de contact, en manque perpétuel et constipés à mort. "Câlins gratuits" voit-on fleurir ici où là, comme il faut que nous soyons coincés pour en arriver là.

1 commentaire:

Sylvain Ruaud a dit…

J'en connais une qui devrait lire ça.