St Matthieu

Après le repas on est allé faire un tour le long de la mer
L'atlantique était lisse et d'un gris métallique
Comme une ardoise
Avec des taches émeraudes
Il soufflait un vent du Nord à décorner les boeufs
Avec des averses de grêle ou de grésil.
Nous avons fait le tour de l'abbaye
En s'arrêtant sous le porche de l'église pour laisser passer une averse polaire.
On a fait des photos de groupe
En se serrant les uns contre les autres
Comme des pingouins dans la tempête.
Je suis monté sur une grosse pierre tombale
En granit,
Un peu branlante.
Qui avait dû abriter les os d'un moine il y a longtemps.
J'avais un peu trop bu, le vent glacé et le vin me donnaient le vertige.
J'étais remplis d'une acceptation joyeuse du monde.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

ici ce sont les toros qu'on "décorne" et le mistral qui souffle
et je suis d'accord avec tes deux dernières phrases)))

Jean Ruaud a dit…

tu m'as l'air d'avoir le moral, Rose, c'est bon signe! ;-)