matin bleu néon

phdj_19022008
Rue Stephenson, 18ème

Journée en stage d'Art Oratoire, j'apprends le souffle, le diaphragme, la ceinture abdominale, que l'orateur a un corps et qu'il exprime autant avec ce corps qu'avec sa voix, j'apprends qu'il faut savoir raconter une histoire, storytelling dit-il. Et me voilà obligé de raconter une histoire. J'aime ça et il paraît que ça se voit.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

et dire qu'il faut des cours pour ça!
des stages oratoires!
je rêve
dans quel monde vit-on?
celui de tes photos?
où est l'homme?

Anonyme a dit…

apprendre à parler et à raconter... Avant on n'apprenait pas , ça venait tout seul.

Anonyme a dit…

ça se faisait dans les veillées ou sous les arbres, c'était du temps où les hommes parlaient encore aux hommes, leur racontaient des histoires, vraies, comme celles de la Mère Castor...
t'as pas besoin de ça Joao pour nous raconter des histoires (et moi je les connais tes talents oratoires)))

Jean Ruaud a dit…

Rose, ce stage est génial! J'ai appris plein de choses sur moi et sur la manière de parler a un auditoire, sur la tenue du corps, sur la voix. C'était très intéressant. Et utile. Et je ne crois pas du tout qu'avant, ça s'apprenait tout seul, il y avait des gens qui étaient doués mais pas tout le monde loin de là! Rose, on apprend bien le QuiGong, pourtant respirer c'est évident non? Tout le monde le fait... Et pour le monde dans lequel on vit, je crois qu'il est meilleur du fait qu'on apprend l'art oratoire! si, si! Et à respirer. Et à bouger... Il faut arrêter de croire que le passé était mieux.

Anonyme a dit…

mais je n'ai jamais dit que le passé était mieux,
ce que tu racontes, c'est pourtant ce qui s'apprenait tout à fait normalement... avant...
et si aujourd'hui on en est réduit à apprendre le QiQong (par exemple), c'est à cause du stress de la vie contemporaine (tu penses bien que dans les campagnes avant ils n'avaient pas besoin de QiQong...) et le gars qui annonçait les nouvelles tambour battant n'avait pas besoin de cours oratoire
mais je peux comprendre que ça fasse du bien tout ça, aujourd'hui, dommage que ce soit le business qui prenne le relai aux choses qui se faisaient je dirais culturellement (à défaut de naturellement)
tu sais ça me fait penser aux médicaments qui soignent les cancers... on bouffe et on respire de la merde, du coup on attrappe des cancers, mais on arrive un peu à les soigner...