contradictions

Il faut lire absolument cette chronique de Christian Salmon sur les élections américaines, dans Le Monde. C'est à la fois très intelligent et très bien écrit. L'auteur de Storytelling y déconstruit l'histoire des élections présidentielles, l'histoire que chacun raconte à ses électeurs et l'histoire qu'ils sont sensés croire.

Tout ça me fait penser que la chute du Souverain dans les sondages de popularité est peut-être liée au fait qu'il a essayé de nous raconter deux histoires à la fois : la bonne vieille histoire de Henri Guaino du petit qui y arrive à force de travail et l'histoire du tout puissant amoureux du top-model. Ces deux histoire se sont télescopées en quelque sorte. Et puis Sarkozy n'a cessé, depuis qu'il est élu, d'afficher une vie luxueuse, entouré de peoples, clinquante, auto-satisfaite, tout en déclarant que les caisses étaient vides et qu'il n'y pouvait rien. Tout cela est en complète contradiction avec l'histoire qu'il raconte sous l'inspiration de Guaino. Le raconteur perd de sa crédibilité. D'où sa chute.