--

Secret Websites, Coded Messages: The New World of Immersive Games {en}
Reznor was stepping into a new kind of interactive fiction. These narratives unfold in fragments, in all sorts of media, from Web sites to phone calls to live events, and the audience pieces together the story from shards of information. The task is too complicated for any one person, but the Web enables a collective intelligence to emerge to assemble the pieces, solve the mysteries, and in the process, tell and retell the story online. The narrative is shaped — and ultimately owned — by the audience in ways that other forms of storytelling cannot match. No longer passive consumers, the players live out the story. Eight years ago, this kind of entertainment didn't exist; now dozens of such games are launched every year, many of them attracting millions of followers on every continent.
(Wired)

2 commentaires:

Unknown a dit…

De mémoire, le premier ARG (alternative reality game) (c'est le vrai mot; mais comme j'ai la flemme de retrouver l'article de Wired, je suppose qu'ils ont oublié de le préciser ahah) a été fait suite au film A.I. de Spielberg, dont l'amorce était un crédit dans le générique de fin accordé à un "psychologue pour robots".

De là: recherches sur internet, faux sites webs, etc.

C'est depuis devenu d'une part un outil promotionnel d'un produit (le jeu Halo 2, par exemple) plus ou moins heureux et, de l'autre, un dérivé de jeux de cartes/plateaux (souvent vendus avec l'un ou l'autre, voir PerplexCity).

Oualah oualah.
C'était la minute culturelle.

Jean Ruaud a dit…

oui c'est ce qu'ils écrivent plus ou moins dans l'article cité, c'est complètement devenu un outil promotionnel, même.
merci daylon! :)