De bon matin

--
(Place Jules Joffrin, quel froid aujourd'hui!)

Levé à cinq heures, au boulot à six au "Central". A 14 heures fini, weekend! Temps magnifique mais glacial, -1 ou 0. En sortant du travail je suis passé déjeuner au Subway de la Gare du Nord et je suis rentré chez moi à pied en passant par la butte Montmartre. Deux heures de ballade, j'étais frigorifié. J'avais dans l'idée de faire de la streetphoto et c'est exactement ce que j'ai fait, avec un certain succès, je crois.
J'utilise une nouvelle technique pour transformer mes photos couleur en noir et blanc (nouvelle pour moi, s'entend). J'utilise un calque de réglage mélangeur de couches en mode monochrome et je proportionne les couches rouges, vertes et bleues pour donner un résultat qui me plait. Je mets en dessous de ce calque un calque de réglage des niveaux et parfois un calque de réglage courbe, et je sicote le tout pour parvenir à avoir un résultat qui me convient. C'est pas toujours simple et c'est parfois long mais c'est vraiment la méthode la plus fine.
Pour les personnes je crois qu'il n'y a rien de mieux que le noir et blanc, pour les choses ça se discute, c'est du cas par cas.
Dans la rue je ne photographie que les gens que je trouve beaux, en général des femmes parce que je préfère esthétiquement les femmes, mêmes âgées, jamais je ne photographie quelqu'un de ridicule ou pour me moquer (parfois je photographie les scènes amusantes mais avec beaucoup d'empathie). Et pour les titres je préfère ne pas faire le malin et trouver un titre amusant bien que j'aurai facilement cette tendance, toujours par respect pour cet inconnu que j'ai photographié. Je regarde en ce moment un recueil de photos de Robert Doisneau et dans ses photos on sent toujours un respect et une empathie pour son sujet, même quand la scène est amusante, ou dramatique, même quand il shoote les gens de dos!

Aucun commentaire: