promenade solitaire le soir dans les chemins creux

parfois je me sens perdu
dans la forêt précambrienne
qu'est-ce ce que je fais là?

dans le champ
des pierres remontent à la surface
venues du fond des âges

les fils du téléphone
vibrent et chantent
dans le vent

les buses, là bas,
mêlent leurs sifflements,
tournoyant, elles dansent

"voici bien longtemps
le monde naquit
avec, hé ho, et le vent et la pluie"

3 commentaires:

Territoires Poétiques a dit…

Yesss)))

Jean Ruaud a dit…

merci :)
alors c'était bien l'Amérique? ;)
quand est-ce que tu relances un nouveau blog? :)

Territoires Poétiques a dit…

je te signales Jr que si tu cliques sur mon nom, tu as mon nouveau blogue...