vendredi 5 août 2022

lumbago

 

Un lumbago m’empêche d’aller me promener loin de chez moi, alors je me contente de descendre au bord de la rivière. Je ne remercie pas les dizaines d’arrosoirs que j’ai porté la semaine dernière. Décidément le jardinage ne me réussit pas !

samedi 30 juillet 2022

disparitions

 Il me semble que, par le passé, il y avait plus de criquets et de grillons, plus d’insectes pollinisateurs, plus de papillons et plus d’oiseaux. C’est juste une impression. Ce n’est pas la première année que je me fais cette remarque. Cette année, je n’ai pas entendu de criquets, pas vu un grillon, pas vu un seul coléoptère. Je n’ai pas vu de rouge-queux, ni de chardonnerets, ni même de pinsons. Il est possible que la présence de deux chats les dissuade de fréquenter les lieux. Je n’ai pas vu de hérissons à la tombée de la nuit, mais je sais que les voisins en ont dans leurs jardins. Je n’ai vu aucun lapin, mais des lièvres. Il y a des merles, des mésanges, des moineaux, des tourterelles et des pigeons ramiers, des geais, des grives, j’ai aperçu un pic vert. Il y a, certes, des abeilles et des bourdons et quelques papillons, mais pas en grand nombre comme autrefois. Peut-être est-ce qu’il y a peu de fleurs et qu’il n’y a ni trèfle ni luzerne à cause de la sécheresse. L’herbe est jaune, mais pas partout. Dans la prairie où on la laisse pousser, elle est encore vert clair, pas complètement grillée. L’arrosage du potager est interdit entre 9 et 20 heures. En plus du potager, j’arrose quelques fleurs en pot, bien que ça soit interdit, mais ça ne consomme pas beaucoup d’eau. On remplit des cuvettes d’eau à plusieurs endroits, pour la faune sauvage. De jour, ça ne sert qu’aux oiseaux, mais la nuit, je suis certain que beaucoup de mammifères viennent boire. La plupart des mammifères sauvages sont nocturnes. Ou ne sortent des bois que la nuit. Il fait plus de 30° à l’ombre tous les jours pendant la journée, et le soleil cogne.

jeudi 28 juillet 2022

vacances

 Une semaine à la campagne ne veut pas dire farniente, j'ai des moutons à nourrir et à abreuver, des œufs à ramasser, des plantes et des légumes à arroser (sans se péter une vertèbre comme en août 2019), des balades dans la forêt à faire, une maison à entretenir (plus ou moins), des chats à nourrir et câliner, des salades et des courgettes à cueillir, de la famille et des voisins amis à visiter. Ce n'est pas de vacances, même si ça en a l'air. Sur mes terres ancestrales, en plus. Une semaine dans mon Walden à moi, à méditer près de la mare, à écouter les grenouilles, à contempler les trois pins qui ont mon âge (et qui se font un peu vieux également).

mercredi 20 juillet 2022

euro-tatanka


Ceci n'est pas un bison d'Amérique, mais un bison d'Europe. Ces animaux sont réintroduits à divers endroits en Europe (en Angleterre et en Hollande notamment) pour entretenir la végétation dans les zones qui ont été ré-ensauvagées (rendues à la nature).

the social network

 Les réseaux sociaux sont faits pour vous rappeler sans cesse qu'un grand nombre de vos contemporains sont bêtes et méchants. 

Et pour vous rappeler aussi qu'il y a quelques personnes qui sont bienveillantes et sans prétention.

mardi 12 juillet 2022

chaleur et climatisation

 J'aime la chaleur de façon modérée (comme le froid). En ce moment, je réussis à grand-peine à maintenir 26 ou 27° dans mon appartement et même moins quand c'est possible. À 26°, vêtu d'un teeshirt et d'un maillot de bain, je me sens bien, mais sans faire d'effort physique. Je vis quasiment dans l'ombre et toutes issues fermées, je n'ouvre ou fait un peu d'exercice qu'à la fraîcheur relative du matin. Je me fais livrer mes courses une fois par semaine. Je ne sors qu'à la tombée de la nuit ou même la nuit, comme un vampire…

Dans le temps, j'allais à New York fin août (en 1996, 1997, 2003). Je me souviens de la chaleur humide insupportable (genre 35° et 80% d'humidité) et de la clim à fond dans tous les endroits clos, restaurants, magasins, musés, tellement glacée que j'emportais toujours dans mon sac un petit pullover ! En 2003, j'ai choppé une bronchite dans l'avion en rentrant en France. Je me souviens que les stations de métro n'étaient pas climatisées et qu'il y faisait une chaleur humide incroyable et que, par contre, les rames de métro l'étaient, climatisées, et à fond bien sûr ! De quoi attraper la mort, avec tous les microbes circulants, sans oublier les inflammations des trachées et des bronches. Et les champignons qui poussaient joyeusement entre les orteils et dans les plis de la peau. La télé était remplie de publicités pour les antifongiques et les anti-transpirants.

vendredi 8 juillet 2022

débat démocratique

 Décidément, je n'aime pas ce débat politique en France, où les différents groupes se voient comme des adversaires (ou même des ennemis) plutôt que des interlocuteurs. Les débats ne peuvent être que passionnés, querelleux, fiévreux même. La confrontation constante est la règle. L'opposition s'oppose quel que soit le sujet. L'intérêt général est complètement oublié pour le plaisir de la querelle, pour la querelle. Il n'est pas étonnant qu'énormément de citoyens se désintéressent des travaux de l'Assemblée et ne fasse plus confiance à leurs représentants.

jeudi 7 juillet 2022

black lives matter

 Le sniper de Highland Park, un blanc qui a tué 7 personnes et blessé 25 autres le 4 Juillet dans cette banlieue aisée de Chicago, a été arrêté très poliment et sans le moindre incident, dans sa voiture à un carrefour.

Jayland Walker, 25 ans, d'Akron, Ohio, a été criblé de balles la semaine dernière après un contrôle pour une infraction mineure au code de la route. Walker s'est enfui de la scène dans sa voiture, puis s'est enfui de la voiture. Les policiers lui ont tiré dessus, disant maintenant qu'ils croyaient qu'il avait une arme à la main. Un médecin légiste a trouvé 60 (soixante) blessures par balles dans le corps de Walker, qui, selon le médecin légiste, était menotté lorsqu'il est arrivé au bureau du coroner. Walker n'était pas armé. Il était noir.

jeudi 30 juin 2022

covid, le retour

 85 000 contaminations hier 29 juin. Une moyenne de 71 000 cas par jour et en hausse. Un taux d'incidence de 742 pour 100 000 habitants et un R à 1,5. Le Covid19 est revenu en force. Et je suis certain que ce n'est qu'une fraction des cas de Covid en France, car les gens qui ont seulement un rhume ne vont pas tous se faire dépister et c'est sans compter les asymptomatiques. Bien sûr, tous ces gens sont contagieux et ne le savent pas. Je reçois tous les jours des témoignages de gens qui ont attrapé le Covid en quelques instants d'exposition dans un lieu fermé. La plupart des cas sont bénins, mais quelques-uns, souvent les plus âgés, sont bien mal en point, sans pour cela que ça ne les entraîne à l'hôpital ou au cimetière.

Pour ma part je remets le masque partout, je ressors le gel hydroalcoolique et j'évite autant que possible de rester plus de dix minutes dans les lieux fermés où il y a beaucoup de monde qui ne portent pas de masques. Et ce, tant que cette vague durera. Ce n'est pas que j'ai peur d'en mourir mais, vivant seul, je n'aimerai pas être malade comme un chien. Je suis sûr que l'anxiété et la déprime corrélées à la maladie et à la solitude feraient de moi une sorte de zombie tragique et je n'ai vraiment pas envie d'essayer. La dernière fois que j'ai eu une gastro, je me suis retrouvé aux urgences du CHU (heureusement à 500 mètres de chez moi) à deux heures du matin, honteux d'avoir dérangé les soignants en pleine nuit parce que je vomissais et que j'avais mal au ventre.

zoonoses

 On connaît Zika, la dengue, le paludisme, le chikungunya, qui sont transmis par les moustiques. Mais, aujourd'hui, au moins 10.000 espèces de virus, dont la grande majorité circule pour l'heure « silencieusement » chez les mammifères, sont en mesure d'infecter les êtres humains, craignent les auteurs. En effet, en poussant de plus en plus d'animaux à fuir leur écosystème pour trouver un habitat plus vivable, le dérèglement du climat et l'utilisation des terres changent la donne. Ils « créeront de nouvelles opportunités de partage viral entre des espèces sauvages auparavant isolées géographiquement », expliquent les chercheurs.

L'étude a modélisé la manière dont plus de 3.000 espèces de mammifères partagent les virus et révèle un véritable « mécanisme » potentiellement dévastateur entre l'évolution de l'environnement sur Terre et l'émergence de maladies. Les scientifiques estiment que leurs déplacements à venir pourraient entraîner plus de 300.000 « premières rencontres » d'espèces, soit deux fois plus que le potentiel actuel… même si le réchauffement reste inférieur à 2° C, ce qui est un scénario optimiste.

Ces « débordements » redoutés ne sont évidemment pas tous susceptibles de déclencher une pandémie mondiale comme celle de Covid-19, mais le tableau est inquiétant. Les chauves-souris y jouent un rôle central, précisent les chercheurs « en raison de leur capacité de dispersion unique » à travers le monde. C'est d'abord par ces petits mammifères, porteurs de pathogènes comme les coronavirus, que ces derniers pourraient infecter l'homme via un animal hôte. Les chercheurs indiquent que les chauves-souris d'Asie du Sud-Est seront en particulier sujettes à ces transmissions.

Le réchauffement climatique va multiplier les pandémies | Les Echos 

mercredi 29 juin 2022

Leonard

Quand tu écoutes Leonard Cohen en boucle et que les chansons de ce vieil ami chroniquement dépressif te font du bien à l'âme. 

mardi 28 juin 2022

réflexions

Je ne veux pas écrire sur l'actualité ou sur la politique. Il y a beaucoup trop de gens qui font part de leurs opinions, partout. La dernière chose dont ce monde a besoin est une autre opinion. La politique a, ces temps-ci, tendance à me dégoûter, et pas qu’en France. Je n’ai pas de grandes idées vraiment bien établies sur la chose politique, ni sur ce qu’il faudrait faire pour que ça aille mieux, et quand j’en ai, ce ne sont que des opinions, généralement non fondées sur des bases bien solides. D'un autre côté, écrire sur ma vie n’a aucun intérêt. Probablement parce que je fais de mon mieux pour vivre une vie monotone et routinière et qu’étant à la retraite, j’ai de moins en moins d’interactions avec les gens. Je ne m’en plains pas. Je constate seulement sans déplaisir. 

dimanche 26 juin 2022

Manhattan en hiver

 Je me suis dit tout d’un coup : et si tu allais à La Guadeloupe pour Noël et je me suis mis à chercher des AirBnB à la Guadeloupe pour une semaine à Noël. Et puis, après ce brusque engouement, je me suis demandé si je ne préfèrerais pas aller à New York finalement et de rechercher des séjours vol + hôtel pour 8 nuits à New York du 19 au 27 décembre. Ce n’est pas très cher à cette époque-là, en fait, les séjours et les vols. Mais j’hésite. Oui, j’aime New York d’amour et j’ai plus envie d’aller me cailler à Manhattan en plein hiver (pourvu qu’il neige, me suis-je dit) que de me griller à ne rien faire à Basse-Terre. Au moins à New York, on peut marcher dans les rues jusqu’à ce que la fatigue vous achève, on peut dîner avec les amis, on peut visiter des musées ou passer son temps dans les librairies quand il fait trop mauvais ou trop froid pour mettre un chien dehors. Mais finalement j’aime mieux rester ici pour Noël, car Noël me déprime et loin de chez moi dans une ville où tout est fermé (une fois par an), c’est pas vraiment joyeux. Il vaut mieux partir là-bas juste après Noël et passer le premier de l’an avec les amis de là-bas ou même à Time Square, me suis-je dit. Il fera tout aussi froid, me suis-je dit. Et peut-être même qu’il neigera. Et je verrai tout aussi bien le sapin de Noël du Rockefeller Center. Donc c’est envisageable, me suis-je dit. En étant bien couvert bien sûr !

jeudi 16 juin 2022

menteurs

Le nombre de mensonges qui sont proférés par les politiciens en campagne électorale est tout simplement ahurissant. Entendons-nous bien : tous les politiciens mentent. Mais certains ont encore quelques réserves, disons que leurs mensonges sont moins gros… En ce qui concerne la NUPES, qui se voit au bord du pouvoir, les mensonges sont gigantesques et lancés avec une totale absence de vergogne. Et personne, aucun journaliste par exemple, n'ose leur mettre le nez dans leur purin.