Quid pro quo

L'ambassadeur Sondland reconnait qu'il y a eu quid pro quo.

Toutefois Sondland explique que Trump voulait seulement que Zelensky annonce une enquête sur Burisma (dont Hunter Bidden était membre du conseil d'administration) (pour pouvoir contrer le père de Hunter Bidden, Joe Bidden) et non qu'il fasse une telle enquête. Il déclare que le quid pro quo était uniquement lié à l'invitation de Zelensky à la Maison Blanche et non à la livraison d'armement à l'Ukraine (c'est son point de vue). Pas sûr que ça vaille une inculpation pour Trump. Par ailleurs Sondland implique tout le monde dans cette machination dont le ministre des affaires étrangères Mike Pompeo.

Voici un extrait de sa déclaration liminaire devant la Commission du Renseignement de la Chambre des Représentants (traduction en dessous) :

"I know that members of this Committee have frequently framed these complicated issues in the form of a simple question: Was there a “quid pro quo?” As I testified previously, with regard to the requested White House call and White House meeting, the answer is yes.

Mr. Giuliani conveyed to Secretary Perry, Ambassador Volker, and others that President Trump wanted a public statement from President Zelensky committing to investigations of Burisma and the 2016 election. Mr. Giuliani expressed those requests directly to the Ukrainians.

Mr. Giuliani also expressed those requests directly to us. We all understood that these pre-requisites for the White House call and White House meeting reflected President Trump’s desires and requirements."

Traduction : "Je sais que les membres de ce Comité ont souvent formulé ces questions complexes sous la forme d'une simple question : Y avait-il un "quid pro quo" ? Comme je l'ai déjà dit, en ce qui concerne l'appel et la réunion demandés à la Maison-Blanche, la réponse est oui.

M. Giuliani a fait savoir au secrétaire Perry, à l'ambassadeur Volker et à d'autres que le président Trump voulait une déclaration publique du président Zelensky s'engageant à mener des enquêtes sur la Burisma et les élections de 2016. M. Giuliani a exprimé ces demandes directement aux Ukrainiens.

M. Giuliani nous a également fait part directement de ces demandes. Nous avons tous compris que ces conditions préalables à l'appel de la Maison-Blanche et à la réunion de la Maison-Blanche reflétaient les souhaits du président Trump et... exigences."

Aucun commentaire: